» Appels à Projets Nationaux

 

ANR

L’Agence Nationale de la Recherche a pour mission de favoriser l’émergence de nouveaux concepts, d’accroitre les efforts de recherche sur des priorités économiques et sociétales, d’intensifier les collaborations public-privé et de développer les partenariats internationaux. L’ANR accompagne l’ensemble des communautés scientifiques publiques et privées.

L’agence fixe les thématiques qui permettront à la fois de répondre à des attentes sociétales, à des enjeux de sciences (avancement des connaissances, nouveaux domaines disciplinaires, nouveaux outils) et à des enjeux technologiques. Elle publie une fois par an un calendrier prévisionnel des différents appels et thématiques proposés.

ADEME

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de l’environnement, de l’énergie et du développement durable. Afin de leur permettre de progresser dans leur démarche environnementale, l’agence met à disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public, des financements de projets, allant de la recherche à la mise en œuvre et ce, dans les domaines suivants: la gestion des déchets, la préservation des sols, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, la qualité de l’air et la lutte contre le bruit.
Elle ne possède pas de calendrier prévisionnel des appels à projets.

Le Grand Emprunt

La France a levé plus de 60 milliards d’euros afin de subventionner des projets dont la priorité est donnée à la recherche et à l’enseignement. Cet investissement devrait se faire au profit de 5 domaines prioritaires:

  • L’enseignement supérieur et la formation
  • La recherche
  • L’industrie et PME
  • Le développement durable
  • Le numérique
Le CIN (Concours d’Innovation Numérique)

Un nouveau concours d’excellence dédié aux projets innovants mobilisant le numérique pour développer un nouveau produit ou service disruptif (par son contenu, son procédé de réalisation, son modèle économique ou l’expérience proposée).

L’ambition du concours est d’accélérer et d’amplifier ces projets en soutenant à hauteur de 50% maximum les dépenses du projet. Typiquement, la durée d’un projet est de 12 à 18 mois, pour un investissement de l’ordre de 0,5 à 3 millions d’euros.
Sont éligibles : les sociétés basées en France, existantes (startup, PME ou ETI) ou en cours de création, proposant seules ou à plusieurs un projet ou service disruptif s’inscrivant dans l’une des thématiques précitées.

Les projets candidats devront s’inscrire dans l’une des 8 thématiques applicatives du concours :

  • Mieux vivre : santé, sport, bien-être
  • Partager : biens communs, consommation collaborative
  • Mieux apprendre et se cultiver : culture, média, loisirs, éducation
  • S’entraider : services à la personne, lien social,
  • Mieux se déplacer : ville, tourisme et mobilité
  • Mieux consommer : paiement, finance, commerce
  • Mieux produire : biens de consommation, usine du futur, bâtiments et infrastructures
  • Construire la croissance verte : transition écologique et énergétique
Vous avez des questions sur ces différents dispositifs? N’hésitez pas à nous contacter.

 

Le concours I-Lab

Organisé tous les ans par le ministère chargé de la recherche et BPI France, cet appel à projets vise à soutenir la création d’entreprises de technologies innovantes.

Pour qui ? Toute personne physique, de toute nationalité ou situation professionnelle peut candidater si elle a pour but de créer une entreprise de technologies innovantes sur le territoire français. Les candidats doivent avoir établi la faisabilité technique, économique et juridique de leur projet. Pour l’édition 2016, était également éligibles les entreprises créées depuis 1er janvier 2015.

Comment ? Après avoir déposé sur la plateforme en ligne un dossier de candidature de 25 pages détaillant votre projet, les dossiers font l’objet d’une pré-sélection par le secrétariat technique régional puis par un réseau d’experts externes. Enfin, c’est le jury national, composé de personnalités du monde industriel, qui choisit les lauréats et définit le montant de la subvention accordée à chacun des projets.
Les lauréats recevront une subvention d’un montant maximum de 450 000 € versée à l’entreprise qu’ils auront créée. Cette subvention est destinée à financer le programme de recherche et d’innovation pour la finalisation du produit, procédé ou service technologique innovant. Elle financera jusqu’à 60 % du programme de recherche et de développement de l’entreprise.

 

Concours Mondial de l’Innovation

Le Concours Mondiale de l’Innovation a pour but de soutenir les futures entreprises à fort potentiel pour l’économie française.
Pour qui ? Le CMI s’adresse à tous types d’entreprises françaises ou étrangères, existantes ou en cours de création, désireuses de développer son innovation sur le territoire français. Les entreprises doivent être en pleine croissance et proposer une innovation majeure dans un des huit domaines identifiés comme stratégiques :

  1. Le stockage de l’énergie ;
  2. La collecte, le tri et le recyclage des matières ;
  3. La valorisation des richesses marines : métaux et dessalement de l’eau de mer ;
  4. Les protéines végétales et la chimie du végétal : produits alimentaires et nouveaux matériaux ;
  5. La médecine individualisée ;
  6. La silver économie : réponses aux besoins des seniors ;
  7. Big data : la valorisation des données massives ;
  8. La sécurité collective et la protection contre les actions malveillantes.

Comment ?

Le CMI comporte 3 phases, visant à soutenir les entreprises à toutes les étapes de leur croissance :

La Phase 1 d’Amorçage vise à soutenir les projets des entreprises au stade amont de leur développement. Les projets d’entreprises sélectionnés reçoivent une aide financière sous forme de subventions pouvant atteindre 200 000 euros par projet.

La phase 2 dite de « levée des risques » vise à soutenir les entreprises dans leur phase de développement. Les projets sélectionnés obtiendront une aide allant de 1 à 3 millions d’euros dont la moitié en avance remboursable et l’autre en subvention.
La phase 2 finance les dépenses telles que : le personnel (chercheurs, ingénieurs et techniciens), les amortissements d’équipements et de matériels de R&D et les travaux sous-traités à des laboratoires publics ou privés.

La phase 3 de développement soutient les entreprises championnes et les accompagne dans la phase d’industrialisation de leur projet. Les lauréates pourront obtenir des aides allant jusqu’à 20 millions d’euros sous plusieurs formes : subventions, avances remboursables ou prise de participation en capital.
Les 3 phases du CMI se déroulent sur 2 ans et une nouvelle édition est lancée tous les deux ans.